image


Mon mari me demande souvent pourquoi j'aime tant lire la vie des autres, ceux qui racontent leurs épreuves, leurs parcours, leurs handicaps, parlent de maladies, etc.
Les témoignages m'apportent un vrai message d'espoir, me permet de prendre du recul, de réfléchir sur ma condition de mère, de femme, de mesurer la chance que j'ai d'avoir des enfants en bonne santé même si j'ai rencontré aussi quelques coups durs (prématuré, craniostenose, asthme sévère) mais également de me rendre compte que cela peut toucher n'importe qui autour de moi, que personne n'est vraiment épargné par les épreuves de la vie, et que malgré tout, le bonheur a toujours sa place aussi petits les signes soient-ils.


Dans cette histoire, une jeune mère se livre avec émotions, un peu d'humour parfois, sur les premiers mois de sa fille née "différente". À la maternité, elle apprend que sa petite Louise est porteuse de trisomie 21. Cette maman nous fait part de ses doutes, sa culpabilité, ses angoisses, ses premières interrogations, ses craintes, et surtout de sa colère qui prendra du temps à se taire.

"Ce choc, ce deuil, cette colère, ça passe. Pas d'un coup, ni rapidement, ni en suivant un chemin rectiligne, mais ça passe"

Ces pages ont touché mon cœur de maman, m'a fait réfléchir sur mon propre regard sur la différence, son acceptation, moi qui suis aujourd'hui AESH depuis 6 ans, anciennement appelé AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire)...mon métier prenant tout son sens.

À la lecture de son vécu poignant, cette maman qui fait le deuil de l'enfant idéalisé apprend à voir sa petite Louise avant son handicap, nous raconte comment elle essaye d'appréhender le regard des autres, de la société, comment elle l'a annoncé à son entourage, à ses collègues de bureau, et combien elle a pleuré se demandant si ses larmes cesseraient un jour de couler.
La chute a été rude suite à l'annonce du chromosome supplémentaire de sa fille, et même si la remontée à pris du temps, cette maman réussi à faire face, sa colère s'estompe, la résilience émerge et elle se réjouit aujourd'hui de tout ce que sa fille et sa fichue maladie lui apportent.
La vie change ; elle prend un autre chemin c'est tout.

Elle nous explique que les mots sont importants, qu'ils peuvent être blessants, maladroits et qu'il y a certaines phrases à ne pas dire aux parents d'enfants différents. 
Merci pour ces mots Caroline Boudet. Je serai plus vigilante désormais.